Un maquis bébés, c’est un endroit où se regroupent les mères autour de bénévoles pour distribuer aux jeunes enfants une bouillie à haute valeur protéino-énergétique et lutter contre la malnutrition infantile.

Depuis 2007 et l’ouverture du premier maquis bébés à Lefourba, deux autres maquis bébés ont été mis en place à Sabcé et Zandkom. Un quatrième est pressenti à Kougsabla, village où un CSPS doit ouvrir.

Le contexte

Jusqu’à 6 mois, le nourrisson est alimenté exclusivement par l’allaitement maternel. Entre cet âge et celui où il se nourrit pleinement du plat familial, l’enfant est particulièrement vulnérable à la malnutrition, les bouillies traditionnelles n’ont pas une valeur énergétique suffisante.

La farine

La farine est fabriquée à partir de produits locaux (mil, soja et arachide) dans des unités de fabrication artisanales, rémunératrices pour des femmes groupées en associations. Une unité existe à Kongoussi. Il faut y ajouter de l’amylase pour pré digérer la farine lors de la préparation. Selon les marques, l’amylase est incluse dans la farine où à ajouter lors de la préparation.

La farine est conditionnée en sachets de 400 à 500 grammes, permettant la fabrication de 6 à 8 bouillies. Un sachet de 400 grammes coûte 250 F CFA (0.38 €) l’unité, 200 F CFA par 100.

Remarque : la farine est indiquée également pour les femmes enceintes ou allaitantes, les adultes et enfants malades ou convalescents.

Le fonctionnement d’un maquis bébés

Le principe du maquis bébés est de regrouper quotidiennement en un lieu les femmes et les enfants pour fabriquer et consommer la bouillie sur place.

Il s’organise autour de deux bénévoles qui ont reçu une formation par Valentine, bénévole au CREN de Nasséré (centre de récupération et d’éducation nutritionnelle). Elles assurent la sensibilisation des femmes, gèrent le matériel et le stock de farine, préparent les bouillies, assurent la collecte de l’argent versé par les familles et tiennent un cahier de suivi. Elles sont souvent épaulées par d’autres volontaires. Une fois par mois, les enfants sont pesés. Les maquis bébés sont en lien étroit avec les CSPS.

Les mères payent la bouillie 25 F CFA, ce qui revient au prix d’une bouillie locale. Le complément est assuré par Alliance Burkina Bray. En période de disette, le prix de la bouillie est réduit.

Alliance Burkina Bray finance la formation des bénévoles, l’achat de matériel de stockage des sachets de farine et de fabrication des bouillies, assure l’achat d’une partie des sachets de farine et rembourse certains frais engagés par les bénévoles (transport). L’association a également assuré la construction d’un hangar pour le maquis bébés de Lefourba.

Une fois par an, un bilan est fait avec les bénévoles des trois maquis bébés.

Les objectifs de l’action

Ils sont multiples :

  • Prévenir la malnutrition
  • Améliorer la santé publique (un enfant bien nourri est moins sensible aux maladies)
  • Assurer un suivi staturo-pondéral des enfants et maintenir le contact avec les structures sanitaires en dehors des périodes vaccinales
  • Repérer les enfants en état de malnutrition et les orienter vers les CSPS
  • Informer les femmes sur l’éducation nutritionnelle et favoriser les échanges
  • Faire des économies de bois de chauffe en mutualisant la fabrication des bouillies