pression démographique

Les "déplacés" qui arrivent actuellement à Sabcé perturbent une situation déjà précaire et qui s'annonce encore plus difficile, en raison des mauvaises récoltes.

L'insécurité croissante qui règne au Nord du Faso avec les attentats des terroristes, auxquels s'ajoutent  les exactions récurrentes entre ethnies a déclenché depuis quelques semaines un exode des populations qui cheminent vers le sud, vers les grandes villes. Il y a d'abord Kongoussi, la capitale du Bam, puis Sabcé. Kongoussi accueille plus de 40.000 réfugiés et Sabcé commence à saturer. "Ca fait pitié et ça fait peur" commente un de nos filleuls.

Dans un tel contexte comment se déroule la rentrée des classes, depuis le 1er octobre ? Dans certains établissements de brousse, la situation est grave du fait de leur isolement. Parfois la rentrée a dû être retardée au 10 octobre. Des élèves tentent de se faire inscrire dans d'autres collèges soit à Sabcé, soit à Kongoussi ou encore dans d'autres départements du Bam, là où de la famille peut les accueillir, là où il y a encore de la place...

Il est trop tôt pour faire un point.

Alliance Burkina Bray est mobilisée pour pérenniser l'action des parrainages et fait le maximum pour que ses filleuls ne soient doublement pénalisés.

Nous vous tiendrons régulièrement informés de l'évolution de la situation.

                                                                                                   Solidairement vôtre, l'équipe de ABB