Comme en France, le Burkina Faso « compose » actuellement.tableau école

Le coup d’envoi a été donné lundi avec le brevet, un examen qui dure trois jours et dont la réussite est le sésame des portes du lycée. Il est très sélectif car le nombre de places dans les lycées est limité ; l’an passé la moisson des filleuls ABB avait été maigre. Formons des vœux…

Le lendemain, c’était au tour des élèves du Primaire pour le concours d’entrée en 6ème et le Certificat d’Etudes. Etant donné le nombre d’écoles allant croissant face à la volonté de plus en plus marquée des familles pour scolariser leurs enfants, les candidats étaient nombreux, plus de 1.000 pour le seul département de Sabcé. Les résultats sont attendus pour la fin du mois.

Début Juillet, ce sera le bac. C’est aussi un passage très sélectif vers les études supérieures en raison d’une offre restreinte des universités même si l’on constate que d’année en année elle s’améliore.

En soutenant nos filleuls dans ce difficile parcours, nous les conduisons vers l’enfer… car il leur faut aller vers les grandes villes, comme Ouagadougou, une ville immense, très entendue où ils devront se loger, se nourrir et vivre le suspense des dates d’ouverture des filières dont certaines sont prévues début  2019. Beaucoup n’ont pas de familles pour les accueillir. Heureusement qu’il existe des aînés ABB qui se montrent de bonne volonté pour leur apporter dans les premiers jours les informations utiles pour s’inscrire etc.  Comme ils sont en effet passés par là et ont connu un grand désarroi, ils peuvent partager au moins avec les nouveaux bacheliers leur connaissance technique des montages de dossiers…

Les parrainages apportent un soutien financier important quoiqu’insuffisant, de sorte que certains filleuls partagent à trois ou quatre une chambre sans électricité, située à des kilomètres de leur fac… pour un loyer assez modique. Heureusement que nombreux sont ceux qui possèdent un vélo offert par leurs parrains et marraines pour se déplacer. Malgré tout, sachez que la dotation annuelle des filleuls ABB représente le montant du prêt étudiant (remboursable) accordé par l’Etat. C’est dire le rôle important que nous jouons.

Ce qui est remarquable est que la première année de fac a rarement été un échec pour les filleuls ABB, malgré certains oiseaux de mauvais augures qui nous annonçaient le contraire « Ces petits de la brousse, à Ouaga, ils n’y arriveront pas ».

Aujourd’hui nous comptons un médecin qui finit son internat, un juriste spécialisé dans les droits de la femme et de l’enfant, un ingénieur physicien, une comptable, des enseignants, un contrôleur des impôts... La liste ne cessera pas de s’allonger grâce à tous les parrains et marraines d’Alliance Burkina Bray, c’est ce qui motive toute l’association !