C’est bientôt la rentrée au Burkina Faso. ABB qui parraine un peu plus de 200 écoliers, collégiens, lycéens et étudiants, est en train d’enregistrer les bulletins scolaires à l’intention des parrains et marraines et attend les résultats du concours d’entrée en 6ème.

On note pour les filles, de grandes difficultés à avoir une scolarité normale car elles sont accablées de tâches ménagères. On ne peut qu’être triste pour elles car après avoir commencé avec de bons résultats, elles se trouvent peu à peu reléguées au fond de classement alors qu’elles avaient toutes les possibilités de réussir.

Et puis il y a un phénomène nouveau pour les garçons avec en effet l’apparition de plusieurs exclusions de leur établissement scolaire (on ne peut redoubler qu’une fois) en raison de leurs faibles résultats. En effet, ils vont travailler avec les orpailleurs traditionnels pour rapporter un peu d’argent à la famille surtout quand il n’y a plus de père.

Il ne sert à rien d’épiloguer sur une situation dont tout le monde est conscient…les yeux fermés.